Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2018

Retour en novembre 2018


Lundi 4

Nous sommes retournés à la jardinerie pour acheter 3 autres godets de Crocus sativus. Cela fait donc 5 godets en tout (il doit y avoir 4 bulbes par godets). 2,99 € chaque godet, c’est plus que raisonnable (à 3 € j’aurais hésité !!! Décidément ces prix à 99 centimes sont d’une débilité sans nom, je ne m’y ferai pas.).
Autre achat : un sac de 75 bulbes de narcisses botaniques (moins 50 %, il fallait en profiter). C’est un peu tard pour les planter mais dans une semaine ce sera fait, donc je ne pense pas prendre trop de risques d’autant plus qu’apparemment en Bretagne le temps est encore doux.
Coup de téléphone dans l’après-midi : la poule « Math » a disparu. La porte de l’enclos avait tendance depuis un bon moment à bouger car la fermeture du bas n’existait plus. Par négligence, je n’ai rien fait. Il semblerait qu’une bestiole ait réussi à se glisser dans l’enclos. C’est la 3ème ou 4ème poule qui meurt pendant notre absence. La poisse pour la personne qui surveille le jardin. Je viens de relire qu’il y a pile un an (le 8 décembre), c’est « Cosinus » qui disparaissait. Avant de racheter deux nouvelles poules, il va falloir que je remette en état le poulailler et l’enclos.

Dimanche 9

Nouvelle petite devinette


Lundi 10

15 h 29… C’est l’heure d’arrivée… Ouf, ça fait du bien de rentrer à l’écurie ! On était partis hier matin d’Alsace par un temps pourri. Mais plus on approchait de la Bretagne et plus le temps était dégagé et on est arrivés sous un ciel bleu et un soleil radieux. Je ne voudrais pas avoir l’air d’insister lourdement, mais nous avions presqu’oublié durant ces 3 dernières semaines que le beau temps existait encore.
Petit tour rapide du jardin avant de vider la voiture. Quelques constatations :
- Beaucoup de branches mortes (du Koelreuteria, du bouleau, du cerisier, du Liquidambar) sur la pelouse. Pas grave, ça nettoie… mais il a dû y avoir une mini tempête.
- Beaucoup de feuilles sur la pelouse à certains endroits : elle sera tondue demain.
- Le pluviomètre est plein : pas grave, on manquait d’eau.
- C’est par la porte du poulailler et non de l’enclos que la bestiole est passée pour tuer la poule. Une bestiole qui a rongé la porte pour passer. Le trou n’est pas grand donc c’est une saleté du style belette, fouine… Si vous avez l’intention d’avoir un poulailler, un conseil : construisez un bunker !
La terrasse est en partie recouverte par une épaisse couche de feuilles (glycine, bouleau). Elles sont enlevées et mises au compost. Petit coup de souffleuse et nettoyage au jet d’eau. Le petit salon (rangé dans le bureau pendant notre absence) est remis en place.
Je vous avais dit que la girouette (double hélice) ne fonctionnait plus (roulement à billes d’une des hélices complètement mort). On est partis en Alsace avec la girouette pour la faire réparer là où on l’avait achetée. On revient avec une neuve !!! Avant de la remettre en place, je lui passe une couche de Rustol.
Reprise des bonnes habitudes de l’hiver : dans la serre, une dizaine de bougies chauffe-plat sont allumées à la nuit tombée. Ca réchauffe l’atmosphère.
Comme vous pouvez le constater : c’est reparti sur les chapeaux de roues !!!

Mardi 11

26ème tonte du gazon. C’est la dernière de l’année, mais pas la plus agréable. Entre l’herbe humide et les tapis de feuilles le panier se remplit trop vite et il faut constamment aller le vider au compost. Bref, au lieu d’une heure, j’ai passé 2 h.
Dans l’après-midi, je retourne au jardin sans aucun enthousiasme : j’ai dû rouiller des articulations pendant le séjour en Alsace. Il est vrai que là-bas, j’ai joué la feignasse en ne travaillant que sur l’ordinateur. J’étais parti pour faire de la marche… Nul ! Conclusion, ça coince de partout et la demi-heure de désherbage près de la serre n’a pas été une partie de plaisir. Heureusement, j’ai été sauvé par l’arrivée du petiot qui a réclamé… une partie de foot !!!

Mercredi 12

La girouette est remise en place mais il va falloir revoir la verticalité du piquet car elle penche très légèrement.

Jeudi 13


Le jardinage devait vraiment démarrer aujourd’hui. J’étais dans les starting-blocks… Mais c’était sans compter sur un temps pourri : il fait froid et surtout on a eu du crachin toute la journée. De quoi décourager un jardinier en état de manque !
J’ai toutefois trouvé une occupation dans le garage à l’abri des intempéries. Cet été « Georges » (le bonhomme en pots), un jour de tempête, a fait un malaise. Il était perché dans l’Albizia et s’est retrouvé le cul dans la pelouse. Certains pots se sont cassés mais il est réparable. Depuis cet été il est toujours au même endroit. J’ai donc passé une bonne partie de l’après-midi à le démonter pour changer les petits pots des bras et des jambes. Ce soir, il reste à lui trouver le haut du corps et la tête. Ce devrait être fait très vite car le temps annoncé ces jours-ci n’est guère brillant.

Vendredi 14

Très franchement il aura fallu que je me botte les fesses pour aller jardiner : un froid de canard (en tout cas, c’est ce que j’ai ressenti) avec humidité ambiante.
Plantation de 5 Erica darleyensis : 4 roses (‘Arthur Johnson’) et une blanche (‘White Glow’). Elles sont plantées à l’arrière d’une bordure d’Erica darleyensis vieille d’au moins 15 ans. Au milieu se trouve un Acer au bois jaune planté il y a un peu plus d’un mois. L’ensemble devrait être sympathique.
Plantation des Crocus sativus dans un endroit dégagé juste devant le carré de buis.
J’ai commencé à planter les narcisses botaniques mais c’est loin d’être terminé car avant de mettre en terre les bulbes, je nettoie un minimum ce qui prend du temps.

Samedi 15

De la pluie toute la journée. Impossible de mettre le nez dehors. Les narcisses attendront… mais pas trop tout de même.
Ca y est, Georges s’est refait une jeunesse. Et en plus il a une tête de jeune premier. Il a « du bol » lui, il est réparable. L’arthrose, il ne connaît pas ! Il n’est pas comme quelqu’un que je connais qui, par ce temps d’humidité extrême, couine par le haut et grince par le bas. Hier, je suis allé faire un tour dans mon magasin de bricolage préféré, chercher une bricole pour réparer George. Et je suis revenu avec le nom d’un médicament (donné par la caissière) pour soigner les petits vieux qui grincent ! Ou la caissière est vraiment sympa ou le petit vieux fait vraiment pitié !!! Ou les deux...

Dimanche 16

Et à nouveau la pluie ! J’ai pleuré tout l’été pour qu’il pleuve donc je ne vais pas trop me plaindre mais j’aimerais bien avancer dans le jardin car le travail ne manque pas. Côté positif : sur une partie de la pelouse je mets de la chaux. Comme il faut en mettre tous les 2 ou 3 ans, j’ai donc décidé d’en mettre sur la moitié de la surface. L’autre moitié y aura droit dans un an.
Georges a retrouvé le jardin, mais pas au même endroit. Il était perché dans un Albizia. Cette fois il est assis au pied du noisetier tortueux (il tombera de moins haut !).

Lundi 17

Je peux enfin jardiner à peu près dans de bonnes conditions. Tous les bulbes de narcisses botaniques sont plantés. Reste à voir le résultat : ces narcisses sont-ils intéressants ? Vont-ils fleurir ? (ils ont été plantés un peu tard en saison). Nettoyage autour de la serre.

Mardi 18

Rien à faire, je n’y arriverai pas. Du crachin toute la journée. J’ai continué à désherber du côté du carré de buis mais au bout d’une heure maximum je suis rentré… un peu humide. Et à mon âge, on est sensible à l’humidité !
Bilan : je n’avance à rien. Depuis notre retour, en une semaine je n’ai pratiquement rien fait.

Jeudi 20

Depuis notre retour je jardine entre deux averses ou bien sous un crachin à la mode de Bretagne. Si au moins cela pouvait regonfler les nappes phréatiques ! Aujourd’hui je continue de désherber autour du carré de buis dans le coin qui, jadis, fut un potager. Disons plutôt un endroit où je me suis obstiné à essayer de faire pousser quelques radis, un ou deux plants de tomate (ou plutôt de mildiou !) et quelques salades pour nourrir les limaces.
Je me suis décidé à raser la plate-bande de framboisiers. On verra comment ils vont réagir. En tout cas on ne déborde pas sous les kilos de framboises. Pourquoi ? Je ne sais pas. Décidément, je suis l’handicapé côté légumes et fruitiers. Ce n’est pas mon truc.

Vendredi 21

22 mm d’eau dans la journée...

Samedi 22

Temps doux : agréable pour jardiner (et je vous jure qu’il n’est pas tombé une goutte d’eau !).
Rien d’extraordinaire : fin du nettoyage du côté des buis.
Les fleurs d’hellébores commencent à apparaître. Je pensais, avant la fin de cette semaine, couper les feuilles mais je crains fort d’être obligé de le faire la semaine prochaine car cela prendra plusieurs heures. Des hellébores, il y en a dans tous les coins du jardin.

Dimanche 23

J’ai quand même trouvé le temps de raser le feuillage d’un grand carré d’hellébores. Il en reste mais ce sera pour « l’entre-deux réveillons ».

Mercredi 26

Aujourd’hui, j’ai passé presque 4 heures à couper toutes les feuilles des hellébores. Avec dimanche je dois ne pas être bien loin de 6 h. Ben oui, ce ne sont pas les hellébores qui manquent ! Quand je pense avoir terminé, il y en a encore. Et demain il faudra continuer. Une fois coupées, les feuilles sont mises sur la pelouse et je passe la tondeuse. C’est infiniment plus rapide qu’avec le broyeur et en plus on obtient un broyat plus intéressant car plus fin. Bien sûr en coupant les feuilles on découvre les premières fleurs qui apparaissent. La brouette est grande, mais je pense qu’elle sera trop petite pour contenir tout le broyat obtenu.

Jeudi 27

Opération hellébores terminée… J’ai bien cru ne jamais y arriver ! La brouette remplie au maximum est vidée dans une plate-bande.
Une clématite montana ‘Marjorie’ n’a jamais voulu pousser depuis sa plantation il y a 4 ou 5 ans. Elle n’a jamais dépassé les 20 cm. Elle était plantée au pied d’un grand Gleditsia ‘Sunburst’ qui lui pompait toute l’eau. Depuis bien longtemps je devais la changer de place mais à chaque fois que j’y pensais, ce n’était pas le bon moment. Maintenant c’est fait. Le plant est mis en pot et placé dans la serre pour l’hiver. Je sais où elle ira mais pour l’instant il faut qu’elle se refasse une santé.
La journée se termine par le nettoyage d’un coin de plate-bande au fond du jardin.

Vendredi 28

Nettoyage du jardin noir.
Dans ce jardin noir, j’avais planté une 2ème clématite montana ‘Marjorie’ avec autant de succès que pour la première transplantée hier ! Quand on connaît la vigueur d’une clématite montana, on peut s’étonner qu’ici ‘Marjorie’ ne dépasse pas les 20 ou 30 cm ! Il faut dire qu’elle a été plantée à 2 m de l’autre dans un endroit tout aussi ingrat. Elle subit donc le même sort et se retrouve dans la serre (contrairement à l’autre, je la récupère avec une motte de terre).

Samedi 29


Depuis hier, c’est la grisaille et il faut se botter les fesses pour aller travailler dans le jardin. En fait, le plus dur est de sortir de la maison. Après, ça va... Aujourd’hui, nettoyage une plate-bande au fond du jardin au bout du jardin noir. Le nettoyage consiste surtout à griffer la terre qui est recouverte de feuilles mortes protectrices. Il y a peu de mauvaises herbes. Il faut couper aussi les feuillages abîmés des vivaces défleuries. C’est donc un nettoyage qui avance assez vite.
Installation de la mangeoire pour oiseaux. Cela me donne envie de construire un nouveau nid. Il va être fait avec des lattes restantes de la terrasse. J’ai commencé ce soir.

Dimanche 30

Nettoyage du carré de graminées. Certaines sont rasées car le feuillage est entièrement jaune.

Lundi 31

Le nichoir est terminé : du haut de gamme ! Pour un peu je regretterais presque de ne pas être une petite mésange bleue... Je le mettrai en place demain.



Les travaux des années précédentes sont aussi instructifs que ceux de cette année :
Retour en
Décembre 2017
Décembre 2016
Décembre 2015
Décembre 2014
Décembre 2013
Décembre 2012
Décembre 2011
Décembre 2010
Décembre 2009
Décembre 2008
Décembre 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en décembre 2018

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic