Arrosoirs & sécateurs

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mars 2019

Retour en février 2019


Vendredi 1er

Je n’ai pas pu jardiner autant que je l’aurais souhaité. La taille de la haie d’Eleagnus sur l’espace vert est terminée (j’en ai un peu bavé et en plus ça pique car les épines sont redoutables) mais il faut maintenant broyer les tailles et n’est pas un mince affaire. Je pense qu’à la première occasion je vais en dire deux mots à la mairie !!!

Samedi 2

Un dernier petit coup de taille haie pour le cognassier du Japon qui se trouve au bout de la haie d’Eleagnus. Lui aussi a des épines redoutables. Quelle idée d’avoir planté des végétaux aussi agressifs ! Mais je ne peux pas râler car c’est moi qui ai planté ces arbustes il y a environ 35 ans ! Quoi ? 35 ans ? Parlons d’autres choses…
J’ai passé pratiquement la journée à broyer les tailles. Déjà plusieurs brouettées de broyat… Mais ce n’est pas terminé. L’extérieur est propre mais le tas de branches qui restent à broyer dans le garage n’est pas négligeable. On annonce de la pluie : je pourrai travailler à l’abri demain…
Je sais que vous vous posez la question suivante « ils sont allés en ville jeudi et il ne nous parle pas d’achat de plantes. Il y a quelque chose qui ne doit pas tourner rond ». Je vous rassure, tout va très bien (même si je toussote encore). Dans le parc Chevassu il y avait des giroflées ravenelle en fleurs. On adore et on s’est dit « et si allait en acheter à Jardiland ? ». Mais il n’y en avait pas ou plutôt il y avait des plants sans intérêt. Qu’auriez-vous fait à notre place ? On a traîné un peu dans les rayons et on a déniché quelques plantes intéressantes. Elles ont été plantées aujourd’hui.

JPEG - 22.4 ko
Erica canaliculata
Une bruyère arbustive qui peut atteindre 1,5 m, voire 2 m, mais qu’il bon de tailler régulièrement. Point faible : sa rusticité assez moyenne.
JPEG - 17.9 ko
Ses fleurs sont une pure merveille
JPEG - 23.1 ko
Iris reticulata
’Katharine Hodgkins’ à gauche, ’Harmony’ à droite
JPEG - 17.1 ko
Muscari ’White Magic’
Pour moi, le muscari est bleu (comme le muguet est blanc), mais on a craqué pour ce blanc très lumineux, surtout à mi-ombre.

Dimanche 3

C’est surtout du vent qui est arrivé aujourd’hui. Un bon petit coup de vent comme on sait si bien le faire en Bretagne (je crains pour les jours à venir). Mais la pluie est arrivée en fin d’après-midi et je crois qu’elle ne devrait pas nous quitter cette semaine. Bof, tant pis mais elle ne sera pas inutile.
Le reste de tailles a été broyé et j’ai profité du mauvais temps pour faire un peu de nettoyage et de rangement dans le garage (qui n’a pas vu une voiture y rentrer depuis plus de 10 ans !). Il est devenu le royaume du broyeur, des sacs de cosse de sarrasin, d’engrais de corne broyée etc. J’ai donc les fées du logis pour ranger mon bazar (j’ai failli écrire un autre mot commençant par b) : ce soir tout est nickel, pour un peu on y mangerait. J’ai même l’impression de ne plus être chez moi !
Juste avant la pluie, j’ai eu le temps de déterrer un grand panier de bulbes d’Allium triquetrum pour le grand bonheur de mon amie jardinière qui va les replanter dans son verger. C’est vraiment une calamité. Je crois que je dois me faire une raison : je n’arriverai jamais à m’en débarrasser !

JPEG - 44.6 ko
Clématite armandii
J’ai découvert hier qu’elle est en fleurs et je suppose depuis un bon moment. Elle est au dessus du jardin noir et ce n’est pas l’endroit où je suis allé le plus souvent ces derniers temps.

Lundi 4

Alternance de soleil, vent, pluie et grêle (il ne manquait que la neige !) : un temps idéal pour couper toute envie de jardiner.
Autant dire que je me suis contenté du minimum mais je me suis amusé (?) à ramasser et broyer toutes les brindilles et « branchouillettes » mortes qui jonchaient le sol (pelouse et plate-bande). Il y en avait partout sous le Koelreuteria, le cerisier et l’Albizia. On peut donc trouver un intérêt pour les coups de vent : le nettoyage des arbres. Soyons positifs !

Mardi 5

J’ai repris avec plaisir le nettoyage d’un coin de plate-bande. On sent qu’avec le temps doux, les mauvaises herbes vont réapparaître. Donc vigilance… il ne faut pas être pris de vitesse : un binage sérieux s’impose !
J’en profite pour continuer à tailler quelques rosiers et répandre de la corne broyée au pied de quelques arbustes et clématites.

Jeudi 7

Nettoyage (suite). j’y passe beaucoup de temps là où je travaille car c’est un endroit où il y a plein de petits plants d’Allium triquetrum pas toujours faciles à arracher.
J’aime beaucoup la Verbena bonariensis mais ici elle n’a jamais été spectaculaire pour une raison simple : les plants se trouvent éparpillés. Or il faut un effet de masse. Je me suis donc amusé à faire le tour du jardin et à enlever tous les plants soit une bonne quinzaine. C’est facile à enlever car le système racinaire est superficiel. Les plants ont été remis en terre en deux endroits (moins de 1 m² chacun) serrés à 20 cm les uns des autres. Ces sont deux endroits coincés entre des arbustes et des rosiers.

Vendredi 8


Je commence le nettoyage de la grande plate-bande grise. Le Melianthus major est rasé au niveau du sol. Il repartira mais sans doute pas avant mai. Un beau Carex qui poussait dans une allée et qui commençait à gêner est replanté dans le carré de graminées.
Comme vous le voyez, rien de nouveau sous le soleil. A propos de soleil, il devrait dans les jours à venir briller par son absence. D’ailleurs la journée se termine sous le crachin.

Samedi 9

La grande plate-bande grise est remise en état. 4 rosiers qui s’y trouvent sont taillés, notamment ‘Reine des violettes’. La rose est très belle mais le rosier est malingre. Il a donc eu droit à une coupe plus que sévère. On verra comment il réagit. Il a intérêt à être plus costaud sinon ses jours sont comptés.
L’Anthyllis barba-jovis qui a un superbe feuillage gris a eu du mal à démarrer. J’ai même cru le perdre la première année. Maintenant il mesure environ 1 m mais s’il monte en hauteur, il n’est pas très trapu. Il a donc eu droit à une bonne taille en espérant qu’il se ramifie. Bien entendu, avec les rameaux coupés, j’ai fait des boutures. Cela va de soi !

Dimanche 10


La plate-bande du fond du jardin perpendiculaire à la plate-bande grise est nettoyée.
Dans cette plate-bande, une mauvaise surprise m’attendait : un arbuste planté certainement l’an dernier est mort. Pourquoi ? Aucune idée. Son nom ? Acheté où et quand ? Aucune idée. J’ai fait des recherches et bien entendu il n’apparaît pas dans mes listes de plantes dans l’ordinateur. Il va falloir le remplacer car maintenant il y a un trou qui demande à être bouché au plus vite.
Je ne serais pas étonné de faire une nuit des cauchemars à cause de l’Allium triquetrum (par exemple être englouti dans un tas de compost sous des tonnes de cette peste que j’arrache en ce moment et que j’arracherai dans un an avec la même énergie).
Une autre peste, mais cette fois dans la pelouse, qui me nargue avec ses fleurs jaunes : Ranunculus repens plus connu sous le nom de « Bouton d’or ». Ca peut être sympathique mais je n’en veux pas, pas plus que les pâquerettes d’ailleurs. Et ici c’est moi qui décide ! J’ai donc passé une bonne demi-heure à 4 pattes pour en arracher une petite partie à la binette. On verra la suite plus tard.
Un plant de Gaura acheté hier est mis dans un plus gros pot et placé dans la serre car il a besoin de s’étoffer. Petite remarque : je n’ai pas été très vigilant à l’achat car en dépotant la plante je me suis aperçu que le substrat était très moyen et le rempotage fait n’importe comment. Pas très sérieux.

Lundi 11

J’espérais avancer plus dans le nettoyage des plate-bandes mais je suis passé d’une occupation à une autre et j’ai eu la désagréable impression de papillonner. Cela dit, le papillon a quand même travaillé.
Les Hydrangeas ont eu droit à une dose d’engrais suivi d’un bon arrosage.
Plusieurs éléments de décoration sont « rustolés ».
Plantation de 6 Viola cornuta. Je ne peux pas résister à ces petites violas mais pas de n’importe quelle couleur : elles ne doivent surtout pas ressembler aux grandes pensées que je déteste. Mais je suis un peu déçu car elles se ressèment et les plants obtenus fleurissent tous identiques (retour au type).
Des éléments en céramique sont ajoutés au pied de la glycine de la terrasse. Ces objets viennent d’Alsace, très exactement de Fellering dans le Haut-Rhin (donc tout en bas !). Et comme l’adresse est bonne, je vous la redonne : Atelier Elément Terre, Pascale Kayser, 12 rue des écoles, 68470 Fellering.

Pour terminer la journée, nettoyage d’un petit coin à l’ombre en prolongement de la plate-bande d’hier.

Mardi12

Retour au poulailler. Il faudrait tout de même qu’il soit remis en état avant l’arrivée des poulettes ! La porte de l’enclos est supprimée et j’ai commencé à en refaire une autre avec des planches de palettes. On peut en avoir autant que l’on veut à 10 minutes d’ici. Il suffit de se servir. D’ailleurs, il y a plus de 10 ans, le poulailler avait été fait entièrement avec ces planches. Ce qui coûte le plus cher, ce sont les clous et les vis !!!

JPEG - 32.2 ko
La vieille porte de l’enclos

Mercredi 13

La porte de l’enclos est terminée… ou presque. Il ne reste plus qu’à la lasurer et la poser.

Jeudi 14

Comme l’an dernier, livraison de cosse de sarrasin ( 87 sacs) par une minoterie de la région pour les les ami(e)s d’A&S. Une bonne partie des sacs a été prise à l’arrivée du camion mais il en reste tout de même 32 dans le garage (j’espère qu’il ne vont pas trop tarder à partir car ils prennent une place non négligeable) et 11 à l’entrée du jardin (ceux-là partiront sous peu). Quant à nous, on en a pris 8 (on aurait pu en prendre le double voire le triple mais on verra pour la suite l’année prochaine).

Samedi 16

A 15 h, conférence de Didier Willery à Dinan dans les Côtes d’Armor (à 2 h d’ici). Thème : « Plus on plante, moins on a de soucis ».
Organisation : association "Les Piqués de la Rose"
Un régal qui a duré tout de même 4 h ! Beaucoup de remises en cause dans notre façon de jardiner mais ça fait du bien d’être bousculé dans nos certitudes. Cela dit, bien que Didier soit un de mes maîtres en jardinage, je ne dis pas que j’appliquerai tout ce qu’il a dit.
J’ai été agréablement surpris de voir le nombre d’amis d’A&S présents à cette conférence. J’avais incité les amis à venir mais je ne pensais pas que mon appel serait à ce point suivi.

Et le soir, cerise sur le gâteau, 4 amis d’A&S étaient invités par l’association des « Piqués de la Rose » (organisatrice de la conférence) au restaurant avec Didier Willery. Autant dire que l’on a beaucoup parlé de jardinage et Didier a encore dû répondre à des tas de questions. On a aussi bien rigolé.

JPEG - 23 ko
et la conférence continue...
JPEG - 26.9 ko
Après 4 h (et plus) de conférence, au restaurant Didier se lâche.
Comme quoi on peut être une référence dans le monde du jardinage et savoir ne pas se prendre au sérieux. Et c’est ça que j’aime. (j’ai eu évidemment l’accord de Didier pour diffuser cette photo qui montre une autre image de lui)


Pour résumer : Merci Didier (et à bientôt en octobre !) et merci aux « Piqués ».

Dimanche 17

En poussant un peu vers l’Ouest, nous sommes à 9 h 30 à Andel (toujours dans les Côtes d’Armor) pour la première fête des plantes importante de l’année en Bretagne. La manifestation (entrée gratuite) se passe dans les rues du village. C’est la 3 ou 4ème fois que l’on vient et comme tous les ans, on se gèle. Il y a toujours un petit vent (en fait plus ou moins petit) dans toutes les rues et quand en plus il pleuviote, si tu n’as pas apporté ta doudoune, tu es congelé(e) sur place. Cela dit, un jardinier qui se plaint un peu trop de la météo ferait bien de faire du tricot ou du Sudoku !
Le cadre étant maintenant posé, entrons dans le vif du sujet… Quel bonheur de retrouver tous ces pépiniéristes avec leurs petites « plantounes » aguicheuses. Ils nous ont manqué tout cet hiver (en tout cas à moi) et si on ne peut pas acheter des plantes à tous, rien n’empêche de papoter et ça ne coûte pas cher de prendre de leurs nouvelles. Il y aussi tous les amis d’Arrosoirs et sécateurs ! Comme pour la conférence de Didier hier, j’avais battu le rappel auprès des membres du groupe. Mais j’étais bien loin de penser que nous serions autant ici. Tout cela pour dire que l’on a une fois de plus passé plus de temps à papoter qu’à choisir des plantes ! C’est ainsi que l’on a quitté la fête des plantes à la fermeture, donc à 18 h. Une petite anecdote : quand on est parti Ronan Garin de la pépinière du Haut-bois, qui avait démonté son stand et rangé tous ses Hydrangeas dans son camion, nous attendait sagement sur le trottoir avec notre Hydrangea acheté le matin !



Et les achats ?
Comme d’habitude nous avions une somme à ne pas dépasser. Encore raté ! Mais comment résister à
- Hydrangea quercifolia ‘Burgundy’
- Eleutherococcus sieboldianus ’Variegatus’
- Mahonia aquifolium ‘Apollo’
- Aconitum episcopale
- Arachniodes simplicior
- Epimedium ‘Mariko’
- Sorbaria sorbifolia ‘Sem’
- Sedum pachyclados ‘Neesy’

Lundi 18

Après les réjouissances, il faut se remettre au travail…
La porte de l’enclos du poulailler est terminée avec une dernière couche de lasure. Demain je prévois de la remettre en place.
Plantations des 3 arbustes : Hydrangea quercifolia ‘Burgundy’, Sorbaria sorbifolia ‘Sem’, Eleutherococcus sieboldianus ’Variegatus’. Ce dernier qui a un nom à coucher dehors est une petite merveille : un petit arbuste au feuillage panaché qui ne devrait pas dépasser 1,50 m. C’est étonnant, mais je n’ai eu aucune difficulté pour leur trouver un endroit où les planter. Je ne suis pas mécontent du résultat. Bien entendu pour les mettre en place, il a d’abord fallu nettoyer les endroits choisis.

Mardi 19

Et les plantations continuent :
- deux heuchères (j’ai oublié les noms) données samedi par une amie jardinière
- une graminée jaune donnée à l’automne par une autre amie jardinière. Ce devait être le Carex ‘Everillo’, en fait il s’agit de Luzula sylvatica ‘Aurea’
- une primevère blanche assez basique mais qui fait tout de même son petit effet
- le Mahonia aquifolium ‘Appolo’. Un coup de coeur car c’est un Mahonia qui reste petit et ne devrait pas dépasse 80 cm à 1 m.

JPEG - 29.1 ko
Mahonia aquifolium ‘Appolo’

- l’Epimedium ‘Mariko’. Le choix a été difficile à faire sur le stand de la pépinière « Vert-tige » car il y avait plusieurs variétés toutes plus belles les unes que les autres.
La porte de l’enclos du poulailler est mis en place. La remise en état du poulailler est presque terminée. Il ne reste plus qu’à trouver les poules...

Mercredi 20

Pas beaucoup de temps pour jardiner aujourd’hui (on est mercredi et on avait deux petiots pour le prix d’un… ça occupe !).
J’ai tout de même réussi à planter l’Aconitum episcopale. C’est une merveille qui nous avait tapé dans l’oeil lors de notre visite avec le groupe A&S dans le jardin de la pépinière Vert Tige près de Guingamp il y a deux ans. Au printemps dernier j’avais planté cette grimpante à floraison bleue. Je lui avais trouvé un endroit idéal à mi ombre près d’un Viburnum burkwoodii qu’elle pouvait coloniser sans problème. Mais elle n’a pas du tout apprécié la canicule de l’été dernier d’autant plus que c’est une plante de terrain frais. Je fais donc une nouvelle tentative en la plantant au même endroit un peu plus tôt que l’an dernier en espérant qu’elle aura cette fois le temps de s’installer avant les grosses chaleurs. Un peu de corne broyée pour la doper et une bonne couche de cosse de sarrasin et pour terminer un peu d’anti-limaces. Il ne manquerait plus qu’elles s’y mettent ! Je crois qu’elle va être sous surveillance pendant un bon moment. Je ne vais pas la lâcher !

JPEG - 37.5 ko
Aconitum episcopale

Jeudi 21

Plantation d’une petite fougère (achetée bien entendu sur le stand « Ecoute s’il pleut »). Son nom : Arachniodes simplicior. Elle est persistante et sa bande de couleur crème près de la nervure centrale est originale.

Nettoyage du carré de graminées. L’an dernier il avait été recouvert de cosse de sarrasin mais à l’automne j’avais laissé les feuilles tombées du tilleul Henryi. Or, celles-ci se décomposent très mal. J’ai donc passé un coup de griffe et enlevé les feuilles qui sont maintenant dans le compost.
Une des plates-bandes tout au fond du jardin est recouverte de cosse de sarrasin. J’ai utilisé 4 des 8 sacs.
Découverte d’une petite merveille achetée il y a exactement un an à la pépinière de la Roche Saint Louis : une Omphalodes Cappadocica ‘Cherry Ingram’. Une merveille : le bleu que l’on aime.

Vendredi 22

Le poulailler a été complètement lasuré. Il reste une ou deux bricoles à faire mais j’ai découvert que le toit doit être en piteux état (le bois a certainement pourri mais il est recouvert donc pour l’instant je le laisse tel qu’il est. Est-ce le bon choix ? Je ne sais pas. A voir…
2ème tonte du gazon.
Depuis 3 ou 4 jours, j’ai vraiment du mal à marcher à cause d’une douleur dans une jambe (je marche comme un vieux, parait-il !) donc cette tonte du gazon n’a pas été une partie de plaisir. Cela m’a rappelé le temps où j’avais du mal à suivre la tondeuse à cause de ma hanche. C’est la dure vie des « tamalous ». En tout cas j’aimerais bien que cette douleur cesse. Je ne comprends même pas quelle en est la cause.
Fin de journée avec un peu de nettoyage d’une plate-bande devant la maison.

Samedi 23

1er traitement des buis contre la pyrale. Pour l’instant je ne vois rien mais il y a 2 ans je me suis fais avoir et il reste encore des traces aujourd’hui.
La taille des rosiers devrait être terminée. Devrait car quand il n’y en plus à tailler, y’en a encore !
Ce matin, à la déchetterie j’ai eu une agréable surprise : il y avait un reste de tas de compost gratuit et l’on pouvait se servir à volonté. Apparemment ce doit être un compost fait à partir de déchets de bois et il avait l’air sain. En tout cas, je suis revenu avec l’équivalent d’une bonne brouette. Il a été répandu dans la plate-bande que je suis en train de nettoyer à l’avant de la maison au pied d’une azalée et d’hortensias. C’est un compost qui doit être acide à mon avis.
A propos d’hortensias, deux vieux H. macrophylla ont été taillés. Il faudrait que j’en fasse autant pour les autres.
Le nettoyage continue à l’avant de la maison. 3 autres sacs de cosse de sarrasin ont été vidés. Il n’en reste plus qu’un. Le garage commence à se vider (mais il il y en a encore une douzaine) !!!
Au fur et à mesure que je nettoie, j’arrache de l’Allium triquetrum. C’est excellent à manger et je me venge quand je suis devant mon assiette : je dévore cette peste gloutonnement et vicieusement ! (on peut en manger autant que l’on veut car on n’a pas ensuite une haleine de cow-boy !)

JPEG - 59.8 ko
Le petit Prunus glandulosa ’Alba-Plena’ est tout en fleurs

Dimanche 24

Attention, coup de gueule !!!
On a acheté dans un supermarché (ben oui, j’ai honte) une clématite tout en fleurs (bleues). Si, si, elles sont bleues : au cas où je serais un peu attardé, on me le confirme sur l’étiquette ! Passons… Son nom ? Miracle, on me dit que c’est une clématite macropetala. Et c’est au dos de l’étiquette que se trouve la surprise. On peut y lire : Entretien de la plante. Les clématites nécessitent une taille à 30 cm du sol en fin d’hiver afin d’obtenir une floraison abondante au printemps. C’est du grand n’importe quoi. Si on taille une clématite de printemps (alpina, montana, macropetala , armandii) en fin d’hiver, la floraison ne sera pas abondante mais nulle. C’est aussi crétin que de dire qu’il faut tailler un Forsythia ou un Exochorda en fin d’hiver. Il faut évidemment tailler APRES la floraison. Bon, je sais, cela nécessite de faire pour les clématites des étiquettes différentes. Mais tout de même… Je suis allé par curiosité voir le site internet : je vais leur écrire pour leur demander de faire une modification.
Mais ce n’est pas terminé : il y a 2 minutes, j’ai écrit chez mon pote Google « taille de la clématite macropetala » et je tombe sur un site très très connu que vous connaissez forcément. Et qu’est-ce qu’on lit ? Taille :(Mars-Avril) Avant la reprise en végétation, tailler toutes les pousses de l’année précédente jusqu’à une paire de bourgeons vigoureux, à 15-20 cm du sol.
Stop, on arrête car je vais péter un plomb !!!

Le nettoyage devant la maison continue.
Quand je nettoie, je note les plantes mal placées à déplacer. Problème : j’oublie de les déplacer et 3 ou 4 ans après elles sont toujours au même endroit. J’ai décidé d’être un peu sérieux et donc j’ai déplacé 2 plants de Salvia ianthina et des petits plants de Salvia lycioïdes.

Lundi 25

Aujourd’hui il faisait un temps superbe, un temps idéal pour jardiner (en chemise…). Pas de vent, superbe soleil, pas trop chaud… idéal, je vous dis… un beau temps bien breton en somme. Je ne voudrais pas jouer le rabat-joie et plomber l’ambiance mais il y aurait quelques pluies, ce serait assez bien venu car on va manquer d’eau.
Le jardin devant la maison est entièrement nettoyé.
Deux passiflores sont sévèrement taillées. Notamment la superbe blanche ‘Constance Eliott’. Elle est taillée à environ 50 cm c’est à dire aux 3/4. Elle court sur le mur extérieur devant la maison sur 6 ou 7 m. Il fallait absolument intervenir car elle prend de l’envergure. J’ai galéré pour l’avoir, autant en prendre soin maintenant car c’est une merveille. Le problème : on est les seuls à ne pas en profiter car elle fleurit à l’extérieur devant le mur de clôture !
Désherbant gazon sur la pelouse (et sur le petit espace vert derrière le mur de clôture). Il faut absolument que je m’occupe de la pelouse qui s’est détériorée depuis un ou deux ans.

Mardi 26

Le jardin sur le côté de la maison est propre.
En fin d’après-midi, taille de quelques buis avec Gaspard. A deux c’est mieux !

Mercredi 27

Je me doutais bien qu’il devait rester un ou deux rosiers à tailler. ‘Pierre de Ronsard’ a eu droit à sa coupe de printemps. Cette année je n’ai pas taillé trop court. Pourquoi ? Je n’en sais rien, je n’avais pas le sécateur agressif sans doute.
Trois géraniums sont transplantés et remis dans un coin près du poulailler. Ce sont des semis spontanés qui poussaient entre des pavés au beau milieu d’une allée. Au lieu d’être piétinés et n’avoir aucun intérêt, si ce sont bien des G. phaeum, ils cacheront en partie le coin compost.
A l’automne dernier, une amie jardinière m’avait donné ainsi qu’à d’autres amis d’A&S qui visitaient son jardin, un petit Physocarpus ‘All Black’. Il avait été mis en pot et il commence à être beau. Il est replanté dans le jardin noir. Sa place était toute trouvée. D’après ce que j’ai lu, c’est le plus foncé des Physocarpus (plus encore que ‘Diabolo’) et il reste petit. Merci Françoise...
En nettoyant un tout petit coin du jardin noir, j’ai pris un coup de chaud. Il faisait vraiment une chaleur de plein été. Je commence à m’inquiéter du manque de pluie. On est tous et toutes bêtement heureux de ce soleil radieux mais les jardinier(e)s feraient bien de réclamer de temps en temps un peu de pluie. Priez Ste Thérèse, Bernadette ou St Médard s’ils peuvent faire quelque chose. Moi, je ne suis pas sûr d’aller jusque là !
Ai-je bien fait ? J’ai sorti un Aeonium qui était dans la serre et il a été remis à sa place : dans un grand pot bleu près de la porte de la maison. Pour l’instant, à cause du manque de lumière dans la serre il est plus vert que noir, mais dans peu de temps il devrait redevenir noir.

JPEG - 30.8 ko
Il faudra attendre qu’il recevienne noir pour qu’il fasse de l’effet.
Patience...


Avec Gaspard, la taille des buis continue. Ensuite, il a décidé que les arroser leur ferait du bien. Comme ils disent par ici : « y’avait du goût ».



Retour en
Mars 2018
Mars 2017
Mars 2016
Mars 2015
Mars 2014
Mars 2013
Mars 2012
Mars 2011
Mars 2010
Mars 2009
Mars 2008
Mars 2007

Chronique d’un jardin de Bretagne-Sud en mars 2019

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic