Arrosoirs & sécateurs

Les succulentes rustiques

JPEG - 23.8 ko
Sedum tetractinum ’Coral Reef’
Le feuillage se teinte de bronze en été. Floraison jaune.

Le nom de succulente vient du fait que le feuillage et les tiges contiennent beaucoup de suc. On les appelle aussi « plantes grasses » mais cette dénomination est assez ambigüe. Leur caractéristique principale est d’accumuler dans leurs tissus une grande réserve d’eau qui leur permet de s’adapter aux milieux secs.
Cette réserve d’eau peut se situer dans leurs feuilles charnues (Sempervivum, Sedum, Delosperma, Rosularia, Orostackys…) et leurs racines tubérisées (Rhodiola, Talinum…).
On assimile souvent les succulentes à des plantes gélives cultivées en pot mais beaucoup sont rustiques si on respecte leurs exigences de culture.
Chaque pays est divisé en zones de rusticité. La Bretagne est majoritairement en Z 8 mais Z 9 sur le littoral. Voir l’article. Les plantes citées dans cet article supportent pour la plupart des températures descendant jusqu’à -10°C. En Bretagne, ces plantes peuvent donc être cultivées sans trop de soucis.
Il serait fastidieux de citer toutes les familles et genres de succulentes. Ne sont citées que les plus petites, intéressantes pour les rocailles, les auges ou les toits végétalisés.

AIZOACEES

- Chasmatophyllum musculinum : Afrique du sud.
Z 9-11 (-10°C). Feuillage persistant. Floraison jaune en été. Plein soleil. Hauteur 5 cm.
- Delosperma : Afrique du Sud.
Z 9-11 (-10°C). Vivace rampante au feuillage persistant. Plein soleil (déteste l’humidité hivernale). Terrain très drainé. Floraison en été.
D. cooperi : Floraison magenta, anthères blanches. 10 x 80 cm. De nombreuses variétés apparaissent sur le marché : floraison rose, blanc, jaune, rouge, violet, orange.
D. congestum : floraison jaune en mai-juin.
D. lineare : 15 x 40 cm. Floraison jaune ou blanche.
D. nubigenum : floraison jaune
D. deschampsii : 3 cm. Floraison jaune

CRASSULACEES

- Crassula : Surtout Afrique du sud
Très nombreuses espèces d’aspect très variable. La plupart sont sensibles au gel.
- Orostachys : Russie, Mongolie, Sibérie
Jusqu’à -10°C. Proche des Sedum. Rosettes composées de feuilles charnues.
- Rhodiola : Principalement Europe et Asie
Plein soleil. Excellente rusticité (Z 5). Inflorescences compactes en été.
- Rosularia : Turquie
Plein soleil. Très bonne rusticité Z 7 (-15°C). Fleurs tubulaires ou en entonnoir blanches, roses jaunes ou brunes.
- Sedum : Dans le monde entier, sur tous les continents sauf Australie et Nouvelle-Zélande
Z 5 à 8 selon les espèces. Très nombreuses espèces. Idéal pour les toits végétalisés.

JPEG - 41.5 ko
Sedum fosterianum ’Antique Grill’
Il adore les grosses chaleurs. Très facile en jardinière. Floraison jaune.

- Sempervivum (Joubarbe) : Montagnes d’Europe et de tout le vieux continent jusqu’en Turquie et Géorgie et une seule espèce d’origine marocaine (monts Atlas).
Rosettes de feuilles épaisses et pointues. Plein soleil. Excellente rusticité (Z 5 à 6). Nombreuses espèces.

JPEG - 34.6 ko
Sempervivum ’Guiseppii’
JPEG - 28.3 ko
Sempervivum tectorum
au jardin botanique du Haut-Chitelet dans les Vosges.
JPEG - 37.6 ko
Jovibarba allionii

PORTULACACEES

- Calandrinia : Hémisphère Sud, Afrique du Sud, Chili
Déteste l’humidité hivernale. Rusticité moyenne (Z 7). C. spectabilis : 60 cm, fleurs rouges en coupe en été.
- Talinum : Hémisphère Sud, Afrique du Sud, Chili.
Les plus rustiques sont T. okanoganense (5 cm) et T. spinescens (10 cm) : floraison en été.
Z 10

Des confusions sur les noms des plantes et la rusticité des succulentes :

Un mot de Stéphane Bellec, pépiniériste et spécialiste en succulentes :
« Le gros souci aujourd’hui est la vente en jardinerie et les pépiniéristes peu scrupuleux qui n’hésitent pas à mélanger toute les succulentes, gélives et rustiques. C’est très fréquent chez les revendeurs. De plus, aujourd’hui des amateurs se prennent malheureusement souvent pour des connaisseurs  : ils n’hésitent pas à mettre nos connaissances en doute alors qu’ils n’ont pas vérifié le nom botanique (ou l’exactitude du nom qu’ils ont) ou qu’ils ne se sont pas préoccupés des conditions de culture. Combien de fois n’ai-je pas entendu des clients me dire que les sempervivums gelaient chez eux mais ils ne se sont jamais posés la question du substrat par exemple. Tout cela est très préjudiciable pour les pépiniéristes spécialisés »

Conditions de culture

- Dans leurs milieux naturels :
Pour la plupart de ces plantes les milieux sont en général secs et arides, du moins une partie de l’année (montagne, haut-plateau, plaine d’altitude, steppe aride, milieu semi-désertique). La plupart du temps, ces plantes absorbent de l’eau au cours du printemps ou à la fonte des neiges dans leurs milieux d’origine et pour certaines sont en semi-dormance au cours de l’été.
Stocker de l’eau, entrer en semi-dormance et respecter un repos estival leur permet de s’adapter aux conditions extrêmes de culture.
De plus, la cuticule (couche protectrice qui recouvre les feuilles) est épaisse et les feuilles ont la capacité de se recroqueviller lors de la saison sèche. Ainsi l’évapotranspiration est-elle diminuée. Les bourgeons terminaux sont préservés en attendant la prochaine pluie ou la prochaine saison.
- En culture :
Il faudra tenir compte des exigences de culture des succulentes mises en place. Leurs exigences diffèrent suivant les genres et espèces. En règle générale, elles préfèrent le plein soleil et les milieux arides. Trop souvent, les jardiniers les cultivent en milieu trop riche.
Les succulentes citées dans cet article sont rustiques. D’ailleurs, certaines d’entre elles vivent dans la nature en haute montagne. L’humidité est bien plus dangereuse que le froid.
On peut, notamment dans les livres, sur internet mais surtout chez les pépiniéristes compétents, trouver des indications sur les conditions de rusticité des différentes succulentes. Elles ne sont qu’approximatives car elles dépendent des conditions de culture (humidité, exposition, qualité du gel…).

Maladies et ravageurs

- Limace : principalement pour Orostackys, Delosperma, certains Sedum et Sempervivum)
- Othiorynque, taupin, tipule.
- Pourriture due à un excès d’humidité (souvent hivernale et manque de drainage) et milieu trop confiné.

Comment les utiliser ?


-  En rocaille : Il existe différentes sortes de rocailles (éboulis, fissures dans la roche, et murets, parois verticales des murs…) avec des expositions et des sols très différents. Il est impossible de cultiver toutes les plantes de rocaille dans un seul type de rocaille.
- Couvre-sol : Utilisez de préférence certains Sedums et certains Delospermas qui ont une croissance rapide si le sol n’est pas trop pauvre.
- Toits végétalisés : Très à la mode. Toutes les succulentes ne conviennent pas : celles qui ont un enracinement profond (Delosperma, Rhodiola, Orostackys certains sedums) sont peu adaptées. Les Sedums sont les succulentes les plus intéressantes même si elles peuvent être parfois envahissantes.

JPEG - 35.7 ko
Un nichoir réalisé par Stéphane Bellec

- Auges, bacs et pots : toutes les succulentes conviennent si l’on tient compte de leurs exigences : profondeur, substrat et arrosage s’il y a lieu.


Si vous souhaitez voir davantage de photos de succulentes, cliquez sur le bouton (situé en haut de page à droite du titre) pour voir un diaporama plein écran.



Merci à Stéphane Bellec pour l’aide apportée à la rédaction de l’article. Stéphane est pépiniériste dans le Morbihan à Berné. Ses spécialités : vivaces, graminées et… succulentes rustiques.

Stéphane, à côté de sa pépinière, a un superbe jardin que j’ai eu le privilège de visiter : "Le jardin de Kerlosquet"

Les succulentes rustiques

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic