Arrosoirs & sécateurs

Origine et histoire du lilas (Syringa).

JPEG - 22.6 ko
‘Charles Joly’
Lemoine - 1896

Indémodable ! Son parfum fait partie de nos souvenirs d’enfance et ses bouquets marquent l’entrée du véritable printemps dans la maison quand on peut enfin ouvrir grand les fenêtres et baisser le chauffage.
La tradition veut qu’au potager on sème les pommes de terre dès la floraison annoncée du lilas, tout risque de gelée étant alors normalement écarté.
Cet élégant arbuste est réputé pour sa ponctualité, fleurissant ainsi du 20 au 30 avril à Paris, du 1er au 15 mai à Londres et du 16 au 31 mai à Berlin.

ORIGINE ET HISTOIRE

En 1553, l’apothicaire et naturaliste français P. Bellon décrivait dans ses récits de voyages un curieux arbuste nommé par les turcs “Queue de renard”, probablement en raison de ses grappes florales.
Vers 1556, les premières illustrations peintes du lilas commun arrivent en France, accompagnées de son nom en langue persane : Lîlak ou Nîlak, d’origine hindoue, signifiant “bleu”, “mauve”.
Poussant à l’état naturel dans une région située à l’ouest de la Roumanie, le lilas aurait gagné la cour du sultan de Constantinople par le biais des gardiens de troupeaux qui plantaient ses tiges autour de leurs maisons afin d’en respirer le parfum au printemps.
Quant aux lilas botaniques, ils seraient originaires de Chine, de Corée et du Japon. Mais il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour que des missionnaires et botanistes en rapportent quelques tiges.
L’introduction du lilas en Europe est due au diplomate Ogier Ghislain de Busbecq (1522-1592). Ambassadeur auprès de Soliman II dit “le Magnifique”, il se voit offrir par le sultan des plants de lilas pour accompagner son retour en Autriche. En 1575, son dernier mandat le conduit à Paris où il apporte l’arbuste parfumé.

JPEG - 18.3 ko
‘Mme Lemoine’


La culture du lilas commun ne se développe que 300 ans plus tard grâce aux travaux de la famille Lemoine de Nancy. C’est en 1968 que la maison Lemoine a fermé ses portes après avoir fait naître 214 variétés de lilas commun.

Le lilas fait partie des Oléacées, une famille qui comprend environ 900 espèces… Le jasmin (Jasminum), le forsythia (Forsythia), l’olivier (Olea), le frêne (Fraxinus), le troène (Ligustrum)…
Quant à l’appellation botanique Syringa , elle a eu un cheminement quelque peu ambigu. En effet, Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708) avait choisi le terme Syringa pour nommer l’arbuste que nous connaissons aujourd’hui sous le nom commun de seringat (Philadelphus), appelé encore “jasmin des poètes”. Le terme Syringa vient du mot grec “syrinx”, qui signifie “tuyau vide” ou “roseau”.
Toujours est-il que pour des raisons que l’on ignore, le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) considéré comme le père de la nomenclature binomiale, a décidé d’attribuer le nom botanique de Syringa au lilas en 1753. Aujourd’hui encore, une certaine confusion persiste dans l’appellation du lilas et du seringat.

Linné a choisi le lilas commun (S.vulgaris L.) comme espèce type pour définir le genre Syringa. Toutefois, le Suédois n’a pu nommer que quelques espèces de lilas, car la plupart, d’origine orientale, n’ont été introduites en Occident qu’après sa mort.

JPEG - 25.7 ko
‘Carmen’
Lemoine - 1918


Une conférence de Christian Hays le 21 juin 2008
Les photos ont été faites par Michelle Saint Guily au parc de Brocéliande près de Rennes
.

Origine et histoire du lilas (Syringa).

Recherche sur le site

Plan du site

Plan du site

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter pour être informé des dernières nouveautés du site

Contacter le webmestre

Clic, clic